L’observatoire de la démographie du Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes publie chaque année un rapport sur la démographie des kinés, basé sur les inscriptions au tableau de l’Ordre.

Augmentation générale du nombre de kinésithérapeutes

Le nombre de kinésithérapeutes est passé à 90 315, soit une augmentation de 3,7% par an sur les 5 dernières années... malgré la réforme mise en place qui a supprimé la promotion de 2018 ! Ces chiffres sont donc susceptibles d’êtres revus à la hausse pour une étude couvrant 2019 – 2024.

L’âge moyen de la profession est passé de 41 ans à 42 ans et reste donc stable.

50,6% des kinésithérapeutes sont des femmes et 49,4% sont des hommes, mais la profession se féminise largement, puisque les études démographiques chez les kinés de moins de 30 ans, montrent que 57,1% sont des femmes.

La profession de kinésithérapeute se féminise

L’exercice libéral de la kinésithérapie toujours largement dominant

En 2020, 85,6% des kinésithérapeutes exercent en libéral ou ont une activité mixte et 14,7% exercent en salarié exclusivement.

Kinésitérapeutes libéraux vs salariés

Sur les 90 315 kinésithérapeutes inscrits au tableau, ce sont donc 77 038 kinésithérapeutes qui sont leur propre patron ! On note spécialement les zones outre mer comme les Antilles, la Guyane, la Réunion et Mayotte où plus de 9 kinésithérapeutes sur 10 exercent en libéral.

À l’inverse, en Bourgogne et en Normandie, près de 2 kinésithérapeutes sur 10 sont salariés.

Démographie des kinésithérapeutes salariés

L’offre de soin en kinésithérapie

Avec l’augmentation constante des effectifs, les kinés sont maintenant les 4èmes professionnels de santé en nombre, après les infirmiers, les aides-soignants et les médecins.

La densité moyenne de kinésithérapeute pour 100.000 habitants est passé de 117 pour 100 000 en 2016 à 135 pour 100 000 habitants en 2020.

Densité des kinésithérapeutes en France
Nombre de kinésithérapeutes pour 100 000 habitants

Où sont les confrères kinésithérapeutes ?

Sans surprise, l’analyse démographique de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, comme celle de Rempleo montrent que, par rapport à la densité de la population, un très fort attrait des régions du sud de la France, l’Occitanie, le Sud (PACA) et la Corse ainsi que des îles de la Réunion et de Mayotte.

La Normandie et le Centre – Val de Loire sont largement délaissés avec respectivement 2 889 et 2 292 confrères exerçants dans ces régions.

Pourtant, la formation des jeunes kinés en France se fait beaucoup en Ile-de-France, Hauts-de-France ou Normandie, qui regroupent 41,5% des effectifs : les jeunes diplômés en kinésithérapie n’hésitent donc pas à voyager !

D’ailleurs le mouvement s’accélère puisque la variation du nombre de kinés est de +47,4% dans les Antilles et en Guyane sur les 5 dernières années, et de +27,1% à la Réunion et Mayotte. Ces chiffres sont à comparer à l’île de France, qui compte seulement 6,4% de kinésithérapeutes en plus qu’il y a 5 ans.

Variation du nombre de kinésithérapeutes en 5 ans

D’où viennent les kinésithérapeutes ?

Plus de 25% des kinésithérapeutes exerçant en France ont été formé initialement à l’étranger, soit 23 541 kinésithérapeutes. La proportion est donc largement en augmentation, puisqu’en 2016 c’était 21.2% des confrères qui étaient diplômés à l’étranger.

Cela ne veut pas dire que les kinésithérapeutes ne sont pas de nationalité française : 60% des diplômés étrangers sont des étudiants français expatriés qui reviennent exercer en France. Une proportion qui augmente légèrement par rapport au nombre de kinésithérapeutes étrangers venant en France.

Nombre de français détenteurs de diplômes étranger

Les diplômés extra nationaux préfèrent s’installer dans les îles ou aux frontières espagnoles, belges et allemandes : en effet les plus gros fournisseurs de diplômés à l’étranger sont la Belgique (71,2%), l’Allemagne (12%) et l’Espagne (12,3%). Ces chiffres sont similaires aux études menées sur les demandes de postes sur l’application Rempleo.

Concernant les kinés étrangers, on note qu’outre les espagnoles (36%) et les belges (24,5%) venant grossir l’effectif, les polonais (12,5%) et la Roumanie (10%) sont également des fournisseurs importants.

Des kinésithérapeutes qui bougent mais qui répondent présent

On notera donc que de plus en plus de kinésithérapeutes se forment à l’étranger (une augmentation 4 fois plus rapide que le numerus clausus) et que les jeunes kinésithérapeutes délaissent la région parisienne pour des lieux d’exercices particulièrement ensoleillés comme les réions et départements outre-mer et le sud de la France.

Dans tous les cas, l’implantation sur l’ensemble du territoire reste forte, un atout majeur pour la prise en charge de la population, et notamment pour la rééducation suite à la pandémie de COVID19.

Tous les chiffres sourcés peuvent être consultés sur le site de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes.

Catégories : La vie de kiné

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *